COVID-19 : témoignages de nos salariés

24/06/2020
Gestion du COVID-19 chez ABC

Alors que la France sort doucement de la crise sanitaire, et que les activités reprennent peu à peu, c’est l’heure du bilan pour les entreprises.

L’impact humain a été relativement faible chez ABC, seulement quelques cas sporadiques qui ne se sont pas étendus au sein du personnel. Quant à l’activité, grâce à une segmentation de ses ventes sur différentes typologies de clients, elle a pu se maintenir à un bon niveau. Retour sur cet évènement avec 2 témoignages !  

 

Témoignage de Balthazar PEREZ, responsable des services réception-parage-salaison-bacon

Balthazar PEREZ, responsable des services réception-parage-salaison-bacon

 

Quelle est votre activité au sein d’ABC, que fait votre équipe dans l’entreprise ?

Nous réceptionnons, évaluons la matière première en fonction du cahier des charges fixé, puis nous désossons et salons les jambons selon le planning prévu, tout en respectant les spécificités de chaque produit à fabriquer. Mon rôle est de composer avec les ressources matérielles et humaines à disposition pour réaliser le planning de fabrication. Pour l’activité parage/désossage,  mes collaborateurs désossent et préparent en moyenne 2500 jambons/jour pour alimenter l’atelier salaison.  

 

Quel impact a eu la crise COVID sur votre activité, comment votre équipe a-t-elle vécu cette crise ? Quels ont été les impacts sur votre journée type habituelle ?

Dans un premier temps, il a fallu inculquer les gestes barrière, s’assurer que les équipes les respectaient, et être proches d’eux pour les rassurer, donc un besoin de présence accrue sur le terrain, au plus près des personnes. Il a aussi fallu faire face aux absences pour différentes raisons : personnels à risque qui ont arrêté de travailler par exemple, et tenir un dénombrement quotidien des absents, pour le faire remonter aux ressources humaines, afin que ceux-ci puissent s’assurer que ces personnes n’avaient pas contracté le virus.  

 

Quelles ont été les mesures mises en place pour permettre aux salariés de travailler en sécurité ?

Dans l’atelier parage les personnes travaillaient à moins d’un mètre les uns des autres. Nous avons réaménagé les lignes, pour pouvoir respecter les mesures de distanciation. Les heures de pause ont dû être également revues, de manière à éviter trop de monde en même temps dans les salles de repos. Il a fallu également réaménager les vestiaires, distribuer des masques pour ceux qui le souhaitaient*. Nous avons aussi été confrontés à l’arrêt de certains prestataires comme pour les machines à café. La direction ainsi que le CSE ont fait le nécessaire pour mettre à disposition des dosettes de café, pour que les personnes continuent à prendre leur pause « comme avant ».  L’équipe de direction et les encadrants ont également augmenté leur présence dans les ateliers, ce qui a permis aux collaborateurs d’exprimer leurs besoins et leurs craintes. Dès le début du confinement, une communication a été faite sur la distribution d’une prime (ceci même avant les directives gouvernementales) pour tout le personnel qui travaillerait en présentiel. Ceci a permis de valoriser le travail de ceux qui maintenaient l’activité du site […] 

De manière générale une communication efficace et transparente a été instaurée dans les deux sens, ce qui a rassuré et permis de traverser plus sereinement la crise.  

 

Quel impact toutes ces mesures ont-elles sur l'activité du service ?

Globalement, les mesures de distanciation ont induit une perte de capacité et un ralentissement de 10% environ de la cadence. Il a également fallu réorganiser les congés pour pallier les absences. Malgré les difficultés, je suis reconnaissant envers mes collaborateurs, car ils ont fait preuve d’une solidarité et d’une implication sans faille, et ont permis le maintien de l’activité, en s’adaptant avec souplesse à toutes les fluctuations de volumes, basses comme hautes, tout au long de la crise, jusqu’à récemment travailler 6 jours sur 7 pour faire face à la reprise très intense.  

 

D’un point de vue plus personnel, dans quelle mesure la crise sanitaire ainsi que le confinement ont-ils impacté votre quotidien ?  

Au-delà des préoccupations professionnelles, mon attention s’est également tournée vers ma famille. Ayant des parents « à risque », nous avons fait notre possible avec mon frère pour être présents à leurs côtés, et subvenir à leurs besoins quotidiens afin de leur éviter de s’exposer (faire les courses par exemple)  

 

*Au début du confinement les masques n’étaient pas obligatoires. 

 

Témoignage de Angélique MURE, responsable supply chain

Angélique MURE, responsable supply chain

 

En une phrase, en quoi consiste votre métier ? 

Mon rôle est de superviser l’administration des ventes, la planification, ainsi que la logistique. Cela signifie : réceptionner les commandes des clients, organiser les plannings de fabrication pour pouvoir livrer ces commandes en temps et en heure, assurer l’approvisionnement en consommables pour pouvoir fabriquer les produits, et enfin, mettre en place les moyens logistiques pour assurer les livraisons. 

 

Quels ont été les impacts de la crise COVID sur votre activité, et les difficultés auxquelles vous avez été confrontée ? 

A l’annonce du confinement, nous avons d’abord eu une annulation de toutes les commandes destinées à la RHF (restauration hors-foyer). Nous avons brutalement perdu environ 40% de nos volumes, avec une grande partie du stock de produits en cours de livraison qui ont été refusés par les clients contraints de cesser leurs activités. En parallèle, les ventes ont augmenté parfois très fortement chez d’autres clients. Nos habitudes de fabrication et notre mix produit* habituel ont été totalement chamboulés, avec d’un côté des produits à l’arrêt, et d’un autre côté, des volumes inhabituellement élevés sur d’autres produits. 

 

Qu’avez-vous dû déployer pour faire face à cette crise ? 

Nous avons dû dans un premier temps, trouver des solutions de retraitement pour tous les produits destinés initialement à la RHF et au rayon coupe de la grande distribution : substitution de produits auprès d’autres clients, dons au personnel, dons aux transporteurs, aux hôpitaux et associations. Grâce à cela, nous avons pu éviter le gaspillage, et consolider des partenariats avec les transporteurs et associations d’aide alimentaire locales. Il fallait également s’assurer que tous nos fournisseurs restaient ouverts, que les consommables et les matières premières seraient disponibles pendant la durée du confinement, revoir nos estimations de consommation. Ensuite, il a fallu également réorganiser tous les plannings de production, souvent au jour le jour, en fonction des fluctuations de la demande et en s’adaptant aux pertes de capacité induites par les mesures de distanciation dans certains ateliers. Pour certains clients qui ont vu leur activité augmenter, nous avons dû mettre en place du travail de nuit afin de faire face à une forte demande. Notamment sur nos charcuteries tranchées, notre stock de produits finis commence à se stabiliser à nouveau, après 5 semaines de travail de nuit dans l’atelier de tranchage

 

Quels ont été les impacts sur votre journée type habituelle ? 

Les habitudes de consommation et de commande ayant été complètement modifiées, il a fallu s’adapter au jour le jour et être très réactif, pour éviter les ruptures, les surstocks en fonction des produits.
Il y a eu également beaucoup plus de sollicitations que d’habitude de la part des clients qui s’inquiétaient des possibilités et des délais de livraison, dans ce contexte particulier. Mais dans l’ensemble tout le monde a joué le jeu, que ce soient les clients ou le personnel de production, ce qui nous a permis de bien traverser cette crise.

 

D’un point de vue plus personnel, dans quelle mesure la crise sanitaire ainsi que le confinement ont-ils impacté votre quotidien ? Quels sont pour vous les avantages et inconvénients du télétravail ? 

J’ai dû avoir recours au télétravail quelques journées isolées pendant la durée du confinement, pour la garde de mes enfants. Sur mon poste, il est important d’être au plus près de la production pour pouvoir être le plus réactif possible. Le télétravail n’est donc pas la meilleure des options pour moi, je préfère être sur le terrain !

 

*Mix produit : La répartition habituelle des volumes sur nos références produits

Do you have any questions ?

Our team is available to answer them !

Contact us